Un jour, quand je ne serai plus

Qu’une âme ou sauvée ou perdue,

Roulant au fond de l’étendue

Où tous destins sont résolus,

 

Vous souvenant d’un vers chanté,

Chantant encore à votre oreille

Avec un bruit doré d’abeille

Montant de mon éternité,

 

Vous m’offrirez votre mémoire,

Le temps d’un bref sourire, voire

D’un regret vague, en un soir d’or…

 

Ce sera là toute ma gloire,

Jeunes filles, mais étant mort,

Je ne saurai jamais l’histoire…